Les journées scientifiques

L’association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok organise des journées scientifiques bisannuelles, ouvertes au public averti :

– au mois de mars (en général le troisième samedi du mois)

– et au mois d’octobre (en général le premier samedi du mois).

Prochaines journées scientifiques 

 

DEMI-JOURNEE SCIENTIFIQUE

Rendre hommage à Jean-Claude Rouchy

Son histoire, Son parcours,

Ses théorisations et Ses concepts

Samedi 17 JUIN 2017

De 14H30 à 18H

Pour s’inscrire : Bulletin d’inscription

L’association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok vient rendre hommage à notre ami et collègue Jean Claude Rouchy disparut le 6 avril 2016, à l’âge de 85 ans. Psychanalyste, psychologue clinicien, grande figure de l’analyse de groupe, il a été membre fondateur en 1999 de notre Association, Secrétaire général jusqu’en 2011, puis Secrétaire scientifique jusqu’en 2016. Par ailleurs, il a été membre de la SFPPG et son président (1982-1986), rédacteur en chef de la RPPG, membre fondateur en 1959 de l’ARIP, membre fondateur en 1995 et Président  de Transition, membre de l’Association transculturelle de Groupe,  rédacteur de la revue Connexions depuis les années 1970 et président de la FAPAG. Il a été fortement impliqué à l’EFPP et dans de nombreux lieux de recherche, de formation ou d’enseignement.  La personnalité de Jean Claude Rouchy, humaine, dynamique et attentive, a marqué une époque. Son travail rigoureux, ses connaissances pointues et sa pertinence clinique, laisseront un bel héritage dans la psychanalyse.

Lors de cette rencontre scientifique, nous reviendrons sur son parcours et sur des aspects forts de ses recherches, théorisations et travaux.

 

SAMEDI  17 JUIN 2017

Accueil à 14H15

Modérateurs des discussions de l’après midi 

Edith Schwalberg et Frédéric Tordo

14H30 Introduction par le président

L’histoire de Jean Claude Rouchy, cofondateur de l’association par Claude Nachin

15H15 La groupalité et le transfert dans le parcours de Jean Claude Rouchy, par Elisabeth Darchis

16H Pause

16H15

Lecture à deux voix d’un texte de Jean Claude Rouchy par Françoise Lamm  et Stephan Bollaert

17H Echanges libre en hommage avec la salle

Coordination avec Chantal Rodet et Henri Bartolli

17H30 Conclusions

 

Archives des journées


JOURNÉE SCIENTIFIQUE de l’AENAMT

 

LE MAL : TRAUMA et TRANSMISSION

Samedi 25 mars 2017

U. S. I. C. Salle Pupey-Girard, 18 rue de Varenne 75007 PARIS

Bulletin d’inscription : Le mal, trauma et transmission (inscription)

 

L’analyse de l’actualité nous rappelle en permanence que ce que l’on nomme «mal» ne ressortit pas qu’à la métaphysique et à la morale. La psychanalyse y est concernée dans la triple dimension, familiale, sociétale et individuelle, avec ce que les patients en rapportent en séance, et qui en fait d’abord un enjeu clinique.

 

 Nicole Abecassis (Docteure Agrégée en philosophie, Travail autour de la Mémoire de la shoah.)

Que pouvons-nous comprendre du mal ?  Il s’agit, à partir d’une analyse du mal déployé dans deux de ses manifestations historiques : l’Inquisition et la shoah, de dégager des principes de compréhension générale. Mais également d’interroger, à l’échelle de l’histoire, les manifestations particulières du mal déployées depuis le siècle dernier.

Geneviève Welsh : (Psychiatre, psychanalyste SPP, Créatrice d’une consultation transculturelle à l’ASM 13. Psychanalyste au Centre Kestemberg et CCTP J. Favreau.)

Que nous disent les «fantômes» à propos du mal ? Traces du génocide khmer rouge. L’approche psychiatrique, psychanalytique et anthropologique menée pendant une trentaine d’années auprès de patients réfugiés du Cambodge permet de commencer à comprendre les traces laissées par le génocide khmer rouge et la place qu’occupent les fantômes dans la vie psychique individuelle et collective. Des travaux ethnographiques (notamment au Cambodge) montrent que les sociétés organisent les relations avec les morts selon un spectre qui se déploie de la coupure radicale à la communication permanente. En quoi cela permet-il d’enrichir notre réflexion d’Occidentaux à propos du mal ?

Marie-Suzanne Kalogeropoulos (Études de Philosophie. Psychanalyste, Membre du CA de l’AENAMT. Clinicienne à Psychisme et Cancer. Supervisions d’équipes médicosociales.)

Face à l’irréparable, Caïn déconfit ? A l’heure où une certaine sociologie disqualifie le concept de «violence symbolique» comme «frauduleux», en quoi les ambitions scientifiques de la psychanalyse (dont le «retournement» ferenczien) nous obligent-elles, face aux effets de transmission du trauma  (fantômes, mélancolie, psychoses) ?

Matinée sous la présidence de

 Claude Nachin et Elisabeth Darchis

9H00-9H15 : Accueil des participants

9H15-9H30 : Introduction par Henri Bartoli

9H30-10H30 : Nicole Abecassis : Que pouvons-nous comprendre du mal ? 

10H 30 – 11H : Pause

11H-12H : Discussion avec les participants

Après midi  sous la présidence de

Henri Bartoli et Fréderic Tordo

14H-14H45 : Geneviève Welsh : Que nous disent les « fantômes » à propos du mal ? 

14H45-15H30 : Marie Suzanne Kalogeropoulos : Face à l’irréparable : Caïn déconfit ?

15h30-16H: Pause

16H – 17H : Discussion avec les participants

 

Bibliographie : Abecassis N. : aux éditions L’Harmattan : 2008, Réflexions sur la question négationniste, 2009, Qu’est-ce que comprendre ?, 2012, Comprendre le mal – L’Inquisition et la Shoah face à face. Welsh G. : 1993,  avec Rechtman R., Approche transculturelle des patients non francophones du sud-est asiatique dans le dispositif psychiatrique du 13ème à Paris, Santé Mentale au Québec, p.145-161. 1995, Ce qui fait silence, approche psychiatrique de patients cambodgiens vivant à Paris, rescapés de la période khmère rouge. Gillibert Jean. 2010, Résistance intérieure, situations extrêmes, in Résister et Vivre, Gutman et Sullivan, Ophrys p.57/67. Goux J.-J., Œdipe Philosophe, Aubier. Mélèse L., Réfabert P. et al, 1997, Les Travaux d’Oedipe, L’Harmattan. Kovienski L., Refabert Ph.et al., 2009, Penser la barbarie, Revue de la SPF, n°22, L’Harmattan. Abraham N. et Torok M. 1976-1998, Le Verbier de l’Homme aux loups. 1978-1999, L’Ecorce et le Noyau, Flammarion. Rand N., Torok M., Eiguer A., Major R. et al., 1990, Emprise et Liberté, L’Harmattan. André Green et coll., 1998, Le mal, Revue de la SPP, NRF, n° 38, Gallimard.

Enseignements et inscriptions : www.abraham-torok.org ou assoc.abraham.torok@orange.fr ou 0174717166

Journée scientifique du 1 Octobre 2016 à Paris

 

Psychanalyse et technicités nouvelles

U. S. I. C.

18 rue de Varenne

75007 PARIS

Salle Pupey-Girard

Le virtuel, le numérique, les robots, peuvent ils investir l’espace psychanalytique ? Quelles en sont les conséquences, les ouvertures, les bénéfices ?

Voir : Bulletin du 1er octobre 2016

Alberto Eiguer : Psychiatre et psychanalyste SPP, Membre et ex-président STFPIF, SFTFP, AIPCF. Membre SFPPG. Directeur de la revue Le divan familial. Directeur de recherches à Paris 5.

La psychanalyse sur Skype

La technologie, ouvre sur de nouvelles perspectives comme les séances sur Skype, qui permettent même de traverser des continents. Dans cette expérience empirique. La technologie, ouvre sur de nouvelles perspectives comme les séances sur Skype, qui permettent même de traverser des continents. Dans cette expérience empirique apparaissent de nouvelles dimensions, des problématiques spécifiques et des questions sur le vu et l’entendu, l’olfactif et le toucher, la fonction des objets médiateurs ou les dérives fétichistes.

Elisabeth Darchis : Psychologue clinicienne, Psychanalyste de groupe et de famille, Responsable pédagogique d’un DU Paris 7, Vice présidente AENAMT.

Le fantasme de groupe machine, selon le concept proposé par Anzieu

L’expérience groupale est souvent imprégnée de séduction et de persécution lorsque les participants sont saisis par le sentiment d’être emportés par un processus psychique dont le cours leur parait inexorable. A partir de ce fantasme de groupe machine, nous verrons quelques moments structurants du groupe que ce soit ses étapes robotiques ou l’organisation d’un surmoi groupal.

Frédéric Tordo : Psychologue clinicien, psychanalyste, Docteur en psychologie clinique, chercheur associé CRPMS Paris 7. Secrétaire général AENAMT

Charles, ou le fétichisme pervers par hybridation technologique

Dans les cures, un désir d’hybridation se manifeste, celui d’une mixité des dimensions de l’être avec les technologies numériques et/ou robotiques. Forme d’existence transcorporelle, qui intègre les aspects technologiques et biologiques dans une nouvelle unité humaine La réussite de cette entreprise est une sorte d’ “hybridation subjective” d’un sujet dorénavant à l’interface entre le psychobiologique et le technologique. Chez Charles, tout évoquera l’hybridation technologique y compris dans la genèse de son propre fétichisme pervers.

Programme de la JOURNÉE SCIENTIFIQUE du Samedi 1 Octobre 2016

Matinée de 9H à 12H

9H00-9H15 : Accueil des participants

9H15-9H30 : Introduction Claude Nachin

9H30-10H30 :

Conférencier : Alberto Eiguer

La psychanalyse sur skype

Discutant : Henri-Pierre Bass

10H30-11H : Pause

11H-12H : Discussion avec les participants

Après midi de 14H 15 à 17h 15

14H15-15H30 : Table ronde

Elisabeth Darchis : Le fantasme du groupe machine

Fréderic Tordo : Charles ou le fétichisme pervers par hybridation technologique

Coordinateur et Discutant : Claude Nachin et Henri Bartoli

15h30-16h : Pause

16H-17H : Discussion avec les participants

17H : Conclusions

Éléments bibliographiques

Eiguer Alberto,

2016, La maison natale, Dunod.

2013, Le Tiers, Psychanalyse de l’intersubjectivité, Dunod.

2012, Le pervers narcissique et son complice, Dunod.

Darchis Elisabeth,

2016, Clinique familiale de la périnatalité, Dunod.

Decherf Gérard, Darchis Elisabeth, Laurence Knera,

2003, Souffrances dans la famille, In Press.

Anzieu Didier,

1984, Le groupe et l’inconscient, Paris, Dunod.

Tordo Fréderic

2014, Le virtuel psychique, anticipation en tension vers l’actualisation, Psychologie clinique, 37/1, 25-37.

2015 Utilité du numérique avec les cas-limites. Adolescence, 33, 535-546.

Tisseron Serge, Tordo Fréderic,

(dir.) 2014, Le virtuel, pour quoi faire? Psychologie clinique 37,1

Nachin Claude,

2010, Freud, sa vie, son génie, ses limites, Bréal.

Abraham Nicolas et Torok Maria

(1976-1998) Le verbier de l’homme aux loups.

(1978-1999) L’écorce et le noyau, Flammarion.

Torok Maria,

(2002) Une vie avec la psychanalyse, Paris

Journée scientifique le Samedi 19 mars 2016 à Paris

Médiations thérapeutiques dans le cadre psychanalytique

U. S. I. C.

18 rue de Varenne

75007 PARIS

Salle Pupey-Girard

Voir : Bulletin d’inscription 16 mars 2016, Paris

 

La psychanalyse offre des modalités thérapeutiques en rapport avec les souffrances de notre époque. Elle permet le cheminement vers l’émergence de la parole en s’appuyant sur des médiations thérapeutiques qui se donnent pour objectifs de soutenir le processus d’évolution à partir des fonctionnements les plus archaïque : musique, pate à modeler, création artistique sont autant d’aménagements aux potentialités de changements.

Vanda Tabery : Psychanalyste, Musicothérapeute, Membre de l’Association de musicothérapie fondée par Edith Lecourt, Attachée à l’Hôpital Ste-Anne en psychiatrie adulte, Chargée de cours et coresponsable en master de recherche à Paris5.

La musicothérapie. Le fondement théorique de la musicothérapie analytique basé sur des longs travaux de recherche et posé par le Pr Edith Lecourt, conceptualisent la place et les fonctions importantes des phénomènes sonores dans le fonctionnement psychique de l’individu et dans sa relation aux autres. L’analyse de l’expérience sensorielle sonore permet d’explorer de façon spécifique les processus préconscients et inconscients dans le cadre d’une relation transféro-contre-transférentielle des plus archaïques aux plus secondarisés, des plus intimes aux plus socialisés.

Claude Nachin : Psychiatre, Psychanalyste SPP. Président AENAMT.

La pâte à modeler comme objet de médiation. La méthode de modelage de Giséla Pankow est précieuse pour la psychothérapie analytique des patients psychotiques

Elisabeth Darchis : Psychologue clinicienne, Psychanalyste, Thérapeute familiale psychanalytique, Membre STFPIF, SFPPG, Responsable pédagogique d’un DU à Paris7. Vice-Présidente AENAMT

Dessins, peintures et onirisme partagé. Dessins collectifs en séances ou création d’une œuvre picturale du psychanalyste dans l’après coup d’une séance, sont des productions oniriques qui permettent l’élaboration de vécus transféro-contre transférentiels. Le dessin favorise la transformation de sensations et éprouvés dans l’interfantasmatisation.

Frédéric Tordo : Psychologue clinicien, Docteur en psychologie clinique, psychanalyste, chercheur associé CRPMS Paris7. Secrétaire général AENAMT

La médiation numérique et robotique en psychanalyse. Le numérique, maintenant la robotique, comme de « nouveaux objets » de médiation thérapeutique, convoquent les processus de subjectivation et de virtualisation psychique. Le cadre de la pratique sera présenté, ainsi que le travail clinique.

Matinée de 9H à 12H

9h00-9h15 : Accueil des participants

9h15-9h30 Introduction de Claude Nachin

9h30-10h30 :

Conférencière : Vanda Tabery

La musicothérapie

Discutant : Claude Nachin

10h30 – 11h : Pause

11h-12h : Discussion avec les participants

Après midi de 14H à 17h30

14h-15H: Table ronde :

Claude Nachin :

La pâte à modeler comme objet de médiation.

Elisabeth Darchis :

Dessins, peintures et onirisme partagé.

Frédéric Tordo :

Médiation numérique et robotique en psychanalyse

Discutant : Edith Schwalberg

15h-15h30 Pause

15h30-16h30 : Discussion avec les participants

16h30-17h30 : Conclusions associatives

Éléments bibliographiques

Vanda Tabery,

2009, “ Patients Alzheimer- Entre éros et thanatos ”, Revue de musicothérapie, 29, 4, Ascodocpsy, 27-31

2014 “ Entre sexe et genre, la voie de l’opéra ”, Entendre Wagner, Topique, Esprit du temps, 128, 3.

2010, Alliance thérapeutique et patient schizophrène en musicothérapie, Revue de musicothérapie, 30, 1.

Claude Nachin,

1989, 1998, Le deuil d’amour, L’Harmattan.

1993, Les fantômes de l’âme, L’Harmattan.

2010, Freud, sa vie, son génie, ses limites, Bréal.

Élisabeth Darchis,

2016, Psychanalyse familiale et périnatalité, Dunod.

2016, (sous dir.) Gérard Decherf, un pionnier de la psychanalyse de groupe et de famille, In Press.

Frédéric Tordo,

2015, Utilité du numérique avec les cas-limites. Adolescence, 33, AERES, 535-546.

2014 Le virtuel psychique, anticipation en tension vers l’actualisation. Psychologie clinique, 37/1, EDP, 25-37.

Nicolas Abraham et Maria Torok, (1978-1999) L’écorce et le noyau, Flammarion.

Maria Torok, (2002) Une vie avec la psychanalyse, Aubier.

Journée scientifique

Le Samedi 1 octobre 2016 à Paris

 

(voir la rubrique Articles, conférences et vidéos pour un résumé des conférences)


Journée scientifique du samedi
3 octobre 2015

Unité duelle, polyphonie, fantôme / A quoi ça sert un psychanalyste ?

A Paris Espace conférence des Diaconesses, 18 rue du Sergent Bauchat, 75012.

Avec Edith Schwalberg : (Psychanalyste.)

« Unité duelle, polyphonie, Fantôme »
L’Unité Duelle est désignée par Nicolas Abraham, comme le concept généalogique par excellence. D’abord définie par Hermann comme utopie de complémentarité, pour Nicolas Abraham elle s’organise autour du manque. Qu’on la relie ou non au Fantôme, elle engage une certaine position théorico- clinique. Ecouter l’Unité Duelle, c’est écouter au minimum deux histoires… Nous nous proposons de montrer à travers des cas de
pathologies diverses (névroses, autisme) ce que permet cette modalité d’écoute dans l’analyse d’enfants.
Discutante : Stéphane Bollaert

1

Stéphane Bollaert et Edith Schwalberg

Avec Heitor O’Dwyer de Macedo : ( D’abord metteur en scène au Brésil, travaille ensuite dans des établissements de santé mentale en France, devient psychanalyste, disciple de F.Dolto et de G.Pankow, il traverse plusieurs sociétés de psychanalystes et assure depuis plusieurs années un séminaire bimensuel dans le cadre de la Fédération des Ateliers de Psychanalyse.)

« A quoi sert un psychanalyste ? »
Trois constats :
– On vient désormais au psychanalyste parce que l’on n’a plus personne à qui parler. Et il est bon que ce soit un psychanalyste qui accueille ce désespoir triste…
– Un psychanalyste sert à parler d’amour. C’est pour cela qu’on va le voir, on s’attend à ce qu’il parle de comment on aime, de comment on s’aime. Mais ce n’est plus à la mode…
– Dans une société sécuritaire la police connaîtrait la traçabilité de notre existence quotidienne. Citoyenneté et intimité en prennent un coup. Le psychanalyste a-t-il les
moyens de résister dans un pays où une ministre, Marie-Arlette Carlotti, déclare que le comportementalisme est la seule thérapie reconnue par l’état ?
Discutant : Claude Nachin

2

Heitor O’Dwyer de Macedo

Programme

matinée de 9h à 12h15
9h – 9h15 : Accueil des participants
Coordinatrice et discutante : Stéphane Bollaert
9h15 – 9h30 : Introduction
9h30 – 10h30 : Conférencière : Edith Schwalberg
« Unité duelle, polyphonie, Fantôme »
10h30 – 11h : Pause
11h – 12h : Discussion avec les participants
après-midi de 14h à 17h
Coordinateur et discutant : Claude Nachin
14h – 15h : Conférencier : Heitor O’Dwyer de Macédo
« A quoi sert un psychanalyste ? »
15h – 15h30 : Pause
15h30 – 16h30 : Discussion avec les participants
16h30 – 17h : Conclusion de la journée

Éléments bibliographiques

Schwalberg E., «Incorporation et introjection dans une psychothérapie d’enfant» in : Rouchy, Jean-Claude (dir.), La psychanalyse avec Nicolas Abraham et Maria Torok, érès, Toulouse, 2001.

– Bollaert (S.), Schwalberg (E.), «La Psychanalyse avec les enfants en résonance avec l’œuvre de Nicolas Abraham et Maria Torok» in : Le Coq-Héron, 186, érès, Toulouse, 2006.

– Bollaert (S.), Schwalberg (E.), «Archaïsme et préhistoire du sujet psychique dans la pensée de Nicolas Abraham et Maria Torok» in : Journal de la psychanalyse de l’enfant n°32.

– Hermann( I.), «Introduction de N. Abraham», in L’instinct filial, Paris, Denoêl, 1972.

– Nachin (C.), «Les fantômes de l’âme», L’Harmattan, Paris, 1993.

– Torok (M.), «Une vie avec la psychanalyse», Aubier, Paris, 2002.

Heitor O’Dwyer de Macédo :

– Le psychanalyste sous la terreur , Matrice-Rocinante, Paris, 1993.

De l’amour à la pensée – la psychanalyse, la création de l’enfant et D.W.Winnicott, L’Harmattan, Paris, 1999.

Lettres à une jeune psychanalyste, Stock, 2008.

Taisez-vous ! Réjouissons-nous ! : la Thérapie d’Etat et le Citoyen Scientifiquement Défini sont arrivés. Blog à Mediapart, mai 2013 : http://blogs.mediapart.fr/edition/ contes-de-la-folie-ordinaire/article/080513/

La clinique de Dostoïevski ou les enseignements de la folie, éditions Cécile Défaut, 2015.

Le concept de masochisme primaire et le principe de tension, in Épistolettre, n° 43, édition de la Fédération des Ateliers de Psychanalyse, 2015.

Barbro (S.), Réfabert (P.), «Freud, Fliess, Ferenczi,des fantômes qui hantent la psychanalyse», Hermann, Paris, 2010.

Participants : 60 €, Membres adhérent : 40 €, Membres associé : 40 €, Étudiants : 30 €


Journée scientifique du samedi 28 mars 2015

Psychanalyse avec Balint et Symbolisation

Paris, 18 rue de Varennes, 75007.

Avec Michelle Moreau-Ricaud (Psychanalyste. Membre du 4° Groupe.)

« Michaël Balint : fidélité ou évolution dans la théorie et la technique psychanalytiques ? »

On connaît la fidélité exemplaire de Michaël Balint envers son analyste et ami Ferenczi, qu’il n’a eu de cesse de faire connaître pour le réhabiliter dans la communauté psychanalytique. Egalement son successeur, son « continuateur », il a pu réviser quelques unes de ses positions théoriques, signaler ses erreurs et les corriger. S’il se sentait marginal dans le courant des années soixante à la Société Psychanalytique de Londres, était-ce dû à sa critique du concept freudien du narcissisme primaire, critique dans laquelle il n’était pas suivi ?

Tout en restant freudien et ferenczien n’apporte-t-il pas au corpus analytique de nouveaux concepts (« amour primaire », « les trois zones de l’appareil psychique », « la régression bénéfique », « le défaut fondamental ») qui font évoluer la théorie de la psychanalyse et la manière de conduire les cures ?

Discutant : Claude Nachin

3

Michelle Moreau-Ricaud et Claude Nachin

Avec Frédéric Tordo ( Psychologue clinicien et Psychanalyste, Docteur en psychologie clinique. Vice-secrétaire de l’association.)

et Claude Nachin (Psychiatre, Psychanalyste SPP. Président de l’Association.)

« Autour de la symbolisation »

1/ Symbolisation, subjectivation et duplicité psychique avec Nicolas Abraham qui a cherché à étudier le symbole en lui donnant plus qu’un statut de langage, de communication ou d’expression, mais en l’étudiant en tant que partie intégrante de la réalité humaine totale. Il propose la symbolisation, comme processus, qui fonde une théorie du sujet, de la subjectivation et de la réflexivité.

2/ Le symbole brisé dans la crypte et la symbolisation pour autrui à travers les générations.

Discutante : Marie-Suzanne Kalogéropoulos

4

Claude Nachin et Frédéric Tordo

Programme

Matinée de 9h à 12h

9h00 – 9h15 : Accueil des participants

Coordinateur et discutant : Claude Nachin

9h15 – 9h30 : Introduction

9h30 – 10h30 :

Conférencière : Michelle Moreau-Ricaud

Michaël Balint : fidélité ou évolution dans la théorie et la technique psychanalytiques ?

10h30 – 11h : Pause

11h – 12h : Discussion avec les participants

Après-midi de 14h à 17h30

Coordinatrice et discutante : Marie-Suzanne Kalogéropoulos

14h – 15h :

Conférenciers : Frédéric Tordo et Claude Nachin

Autour de la symbolisation

15h – 15h30 : Pause

15h30 – 16h30 : Discussion avec les participants

16h30 – 17h30 : Conclusions associatives

Éléments bibliographiques

Michelle Moreau-Ricaud, 2007, Michaël Balint – Le renouveau de l’Ecole de Budapest, 1ère édition en 2000, Ramonville Sainte Agne, Analyse Laïque, Érès,.

Michelle Moreau-Ricaud, 1992, Cure d’ennui – Écrivains hongrois autour de Sandor Ferenczi, traduit par S. KÉPÈS, Paris, Connaissance de l’inconscient, Gallimard.

Michelle Moreau-Ricaud, 2011, Freud collectionneur, Paris, Campagne première.

Claude Nachin, 1989, Le deuil d’amour, Paris, L’Harmattan, 1998.

Claude Nachin, 1993, Les fantômes de l’âme, L’Harmattan.

Claude Nachin, 2004, La méthode psychanalytique, Armand Colin.

Claude Nachin, 2010, Freud, sa vie, son génie, ses limites, Paris, Bréal.

Tisseron, S. & Tordo, F. (dir.) (2014). Le virtuel, pour quoi faire ? Regards croisés. Psychologie clinique,37(1).

Tordo, F. & Binkley, C. (2014). L’Auto-empathie, ou le devenir de l’autrui-en-soi : définition et clinique du virtuel. Evolution psychiatrique, 81(1), 1-16.

Tordo, F. (2014). Le virtuel psychique, une anticipation en tension vers l’actualisation. Psychologie clinique, 37(1), 25-37.

Nicolas Abraham et Maria Torok, 1976, Le verbier de l’homme aux loups,1998.

Nicolas Abraham et Maria Torok 1978, L’écorce et le noyau, Flammarion,1999.

Maria Torok, 2002, Une vie avec la psychanalyse, Paris, Aubier.


Journée scientifique du samedi 4 octobre 2014

A Paris, 18 rue de Varenne, 75007.

Conférencier : Pierre Delaunay : Psychologue, Psychanalyste. D’abord musicien de jazz, puis psychologue, enseignant de psychologie à Lille (1967-1977), psychanalyste de 1967 à 2010 où sa santé l’a amené à se retirer ; après des formations multiples (phénoménologie structurale, rêve éveillé dirigé, psychodrame morénien et analyse de groupe), il est devenu membre de l’Ecole Freudienne de Paris de 1967 à sa dissolution où il a contribué à la fondation de la Fédération des ateliers de psychanalyse

Intervention :  » Transferts et existence »

« J’ai eu une passion : les cas difficiles, comme je les appelle, ou les analyses des parties psychosées de la personnalité, comme dit Margareth Little. Je n’aime pas le terme de cas-limites. Je suis toujours intéressé par les fondements de la psychanalyse, par son côté thérapeutique et par le trauma auquel je donne une grande expansion »

Discutant : Claude Nachin

Conférencier : Serge Tisseron : Psychiatre, Psychanalyste, docteur en psychologie, chercheur associé HDR à l’Université Paris VII Denis Diderot,

Blog :http://sergetisseron.com

Intervention :« Des voies nouvelles pour le rêve »

Des voies nouvelles s’ouvrent pour le rêve. Parmi elles, des éléments de vie familiale mal symbolisés peuvent se retrouver dans les cauchemars des descendants.

Discutant : Frédéric Tordo

5

Serge Tisseron et Frédéric Tordo

Programme

matinée de 9h15 à 12h15

9h00 – 9h15 : Accueil des participants

Coordinateur et discutant : Claude Nachin

9h15 – 9h30 : Introduction

9h30 – 10h30 : Conférencier Pierre Delaunay « Transferts et existence »

10h30 – 11h : Pause

11h – 12h15 : Discussion avec les participants

après-midi de 14h15 à 17h

Coordinateur et discutant : Frédéric Tordo

14h15 – 15h15 : Conférencier Serge Tisseron « Des voies nouvelles pour le rêve »

15h15 – 15h30 : Pause

15h30 – 16h15 : Débat sur la journée avec la salle

16h15 – 17h : Conclusion de la journée

Eléments Bibliographiques

Pierre Delaunay

2010, Les quatre transferts,Fédération des ateliers de psychanalyse.Ce que Mauss me dit et Ce que réaliser veut dire, in Epistolettre, N°42.

Barbro Sylwan et Philippe Réfabert

2010, Freud, Fliess, Ferenczi, des fantômes qui hantent la psychanalyse, Paris, Hermann.

Nicolas Abraham et Maria Torok

1976-1998, Le verbier de l’homme aux loups.

1978-1999, L’écorce et le noyau, Flammarion.

Serge Tisseron/ Derniers ouvrages

2013, Un psy au cinéma, Paris, Belin.

2013, 3-6-9-12, apprivoiser les écrans et grandir, Toulouse, Erès.

2013, Fragments d’une psychanalyse empathique, Paris, Albin Michel.

2012, Rêver, fantasmer, virtualiser, du virtuel psychique au virtuel numérique, Paris, Dunod.

2011, Les secrets de famille, Paris, PUF.

2010, L’empathie au coeur du jeu social, Paris, Albin Michel.

En collaboration 2014, Les 100 mots du rêve, Tassin J-P., Tisseron S., Paris, PUF.

Maria Torok

2002, Une vie avec la psychanalyse, Paris, Aubier.


Journée scientifique du samedi 22 mars 2014

Cryptes et héritages psychiques

A Paris, ASIEM , 6 rue Albert de Lapparent, 75007

Avec Marcianne BLEVIS (Psychanalyste SPF.)

Ceci peut être une crypte

Découverte majeure de N. Abraham et M. Torok, la crypte, n’est nullement une « métaphore de l’inconscient » comme le souligne J. Derrida, mais une inclusion, une enclave dans le « moi », qui répond à une toute autre métapsychologie que celle du refoulement et en appelle à une réélaboration générale des théories de la psychanalyse. Nous prendrons appui sur la clinique de l’abus sexuel dans l’enfance pour poursuivre les voies qu’un tel concept a eu l’audace d’ouvrir.

Discutants : Elisabeth Darchis et Fréderic Tordo

6

Elisabeth Darchis, Marcianne Blevis et Frédéric Tordo

Avec Alice CHERKI (Psychiatre, Psychanalyste.)

Les héritiers-déshérités ou comment enterrer le non enterré ? »

L’écoute des descendants de ceux qui ont subi les catastrophes des guerres et plus particulièrement des violences et guerres coloniales, enfants d’émigrés des anciennes colonies, nés et vivant en France, les découvre héritiers des silences et des traumatismes non élaborés de leurs ascendants. Et pour beaucoup d’entre eux s’entend, dans le droit fil des avancées de Nicolas Abraham et Maria Torok et, au delà d’eux, de Ferenczi, honte, secret, incorporation plutôt qu’introjection. Fréquemment l’incorporation d’un objet d’amour marqué par la honte conduit à des états d’errance et à une « pensée agie » contre la société.

L’écoute médiatrice du psychanalyste est amenée à s’identifier à ces enfants-là ainsi jetés, mais surtout aux ascendants silenciés, personnages internes des patients de manière à accéder à une mise en parole échangeable….

Discutant : Claude Nachin

7

Alice Cherki avec Claude Nachin

Programme

Matinée de 9H15 à 12H

9h00 – 9h15 : Accueil des participants

Discutants : Elisabeth Darchis et Fréderic Tordo

9h15 – 9h30 : Introduction

9h30 – 10h30 : Conférencière : Marcianne BLEVIS

Ceci peut être une crypte

10h30 – 11h : Pause et Librairie

11h – 12h : Discussion avec les participants

Après-midi de 14H15 à 16H30

Discutant : Claude Nachin

14h15– 15H15 : Conférencière : Alice CHERKI

Les héritiers – déshérités ou « comment enterrer le non enterré ? »

15H15-15H30 : Pause

15h 30- 16h30 : Discussion avec les participants et conclusions

16h30 – 17H30 : AG de l’association

Bibliographie

Marcianne Blevis , 2008, Jalousie, délices et tourments, Le Seuil, Paris.

Alice Cherki :

– 2000, Frantz Fanon, portrait, Editions du Seuil, postface 2011.

– 2002, Préface à la réédition des « Damnés de la terre » Editions la découverte.

– 2006, La frontière invisible, violences de l’immigration, Editions des crépuscules, Prix Œdipe 2007.

Nicolas Abraham et Maria Torok

1998, Le verbier de l’homme aux loups.

1999, L’écorce et le noyau, Flammarion.

Maria Torok

2002, Une vie avec la psychanalyse, Paris, Aubier.

Claude Nachin (Dir)

2006, Psychanalyse, histoire, rêve et poésie, Paris, L’Harmattan.

Jean Claude Rouchy (Dir.)

2001, La psychanalyse avec Nicolas Abraham et Maria Torok, Ramonville Sainte Anne, Eres.

Barbo Sylwan et Philippe Réfabert

2010, Freud, Fliess, Ferenczi, des fantômes qui hantent la psychanalyse, Paris, Hermann.


Journée scientifique du samedi 5 octobre 2013

Trauma et fantômes

Paris, Institut des jeunes sourds, 254, rue St Jacques, 75005.

Avec Philippe Refabert (Psychiatre, Psychanalyste, un des membres fondateurs de l’Association.)

Trauma et temporalité. Des mots et des choses avec Paul Celan

Avec Celan je parlerai de « la poussée des choses tues », de la poussée de « ce qui s’est passé » mais qui a déjoué toute représentation, de cela qui s’est passé mais n’est pas arrivé. Pourquoi Celan ? Parce que ce poète parle pour celui qui est tombé dans la « crevasse du temps ». Il parle pour l’englouti qui, seul, aurait pu témoigner de « ce qui s’est passé ». (Résumé de la conférence, cf. lien 3.3.)

Discutant : Claude Nachin

9

Claude Nachin et Philippe Refabert

Avec Jean Claude Rouchy : (Psychologue, Psychanalyste, Analyste de groupe, rédacteur de la Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe et de Connexions, un des membres fondateurs de l’Association, membre de l’association Transition.)

« Fantôme ou crypte en héritage»

Par quel processus devient-on porteur d’un secret que l’on ignore ? Comment advient cette inclusion selon N. Abraham et M. Torok ? La façon dont travaillent des secrets inavouables d’incestes, de crimes, de viol ou de malversations diverses sur les générations qui en héritent à leur insu, est développée à partir de séquences cliniques de psychanalyse de patients. Le terme de « transmission » convient-il pour rendre compte de la façon dont « le fantôme qui revient hanter est le témoignage de l’existence d’un mort enterré dans l’autre » (N.A.) ? S’agit-il de communications d’inconscients ou d’un registre plus archaïque dans la « nescience » ? Deux approches peuvent ouvrir un nouveau champ de recherche : d’une part, l’analyse des cauchemars, qui comportent selon Maria Torok des éléments de réalité en rapport avec des secrets de famille et sont la voie royale des hantises de retour d’un mort, et d’autre part, la répétition intergénérationnelle des places au sein du groupe primaire dans une configuration semblable au conflit intrapsychique du porteur du fantôme, reproduisant dans son entourage les figures du « gardien du secret » et de la « résurgence ».

Discutant : Elisabeth Darchis

10

Jean Claude Rouchy et Elisabeth Darchis

Eléments bibliographiques

Paul Celan Le Méridien et autres proses, Seuil

Paul Celan Choix de Poèmes, Gallimard

Paul Celan Andréa Lauterwein

Paul Celan, Belin

Philippe Réfabert (2001) De Freud à Kafka : l’origine en procès, Calmann-Lévy

Barbro Sylwan et Philippe Réfabert (2010) Freud, Fliess, Ferenczi, des fantômes qui hantent la psychanalyse, Hermann.

Nicolas Rand (2001) Quelle psychanalyse pour demain. Erès

Jean Claude Rouchy (1992) Réceptacle d’un secret : jeux interdits. Connexions 60. Toulouse. Erès.

Jean Claude Rouchy (1995) Secret intergénérationnel : transfusion, gardien, résurgence, S. Tisseron (dir.) Le psychisme à l’épreuve des générations, Clinique du fantôme, Paris, Dunod.

Jean Claude Rouchy (2006) Rêves et cauchemars dans la cure des secrets de famille, in Symboles, cryptes et fantômes Le coq-Héron, 186, Erès.

Nicolas Abraham et Maria Torok (1998) Le verbier de l’homme aux loups, Flammarion.

Nicolas Abraham et Maria Torok (1999) L’écorce et le noyau, Flammarion.

Maria Torok (2002) Une vie avec la psychanalyse, Paris, Aubier.

Programme

Matinée de 9H15 à 12H15

9h00 – 9h15 : Accueil des participants

Coordinateur et discutant : Claude Nachin

9h15 – 9h30 : Introduction

9h30 – 10h30 : Conférencier

Philippe Réfabert

« Trauma et temporalité. Des mots et des choses avec Paul Celan »

10h30 – 11h : Pause et Librairie

11h – 12h15 : Discussion avec les participants

Après-midi de 14H15 à 16H30

Coordinateur et discutant : Elisabeth Darchis

14h15 – 15H15 : Conférencier :

Jean Claude Rouchy

« Fantôme ou crypte en héritage »

15H15 -15H30 : Pause

15h 30 – 16h 15 : Discussion avec les participants

16h15 – 16h30 : Conclusion de la journée


Journée scientifique du samedi 23 mars 2013

Clinique psychanalytique des états psychotiques, à Paris, rue de Varennes.

Avec Jean-Pierre Lehmann.

(Psychiatre, Psychanalyste, Membre et ancien président du Cercle freudien.)

Comment Marion Milner et Margaret Little ont mené des cures analytiques avec des psychotiques.

Mon propos est d’évoquer la prise en charge analytique de psychotiques, effectuée par deux psychanalystes britanniques qui, dans le sillage de Winnicott, non seulement s’y sont attelées mais ont été également les premières à rendre compte, de manière très détaillée, des cures menées par elles, sans rien cacher de leurs errances et erreurs. Elles ne sont pas exactement nos contemporaines mais leur travail est, à mon avis, toujours actuellement aussi riche d’enseignements. Il s’agit de Marion Milner et de Margaret Little qui se sont appuyées sur ce qu’elles ressentaient contre-transférentiellement pour accueillir les transferts délirants de leurs patients et réussir par là, à leur trouver une issue bénéfique.

11

Jean-Pierre Lehmann

Claude Nachin (Psychiatre, Psychanalyste SPP. Vice Président de l’Association)

Notes sur mon parcours dans le champ de la folie. (1954-2005)

De la psychothérapie antéanalytique à la psychanalyse individuelle des psychoses, en passant par le travail en groupe, le travail avec l’équipe soignante, les familles, et la pratique du psychodrame morénien dans des indications précises. ( cf. lien 3.3.)

Elisabeth Darchis (Psychologue, Psychanalyste SFTFP, AIPCF, SFPPG. Secrétaire générale de l’association.)

Pérégrination des fantômes et psychoses puerpérales.

La périnatalité est un moment propice pour donner libre cours au travail du fantôme dans la confusion des générations et la parentalité confuse. Les contenus des bouffées délirantes ou psychoses puerpérales s’avèrent en lien avec des drames générationnels non sus ou des effrois anciens. (cf. lien 3.3.)

Pierre Berthout : (Psychologue, Psychanalyste 4ème Groupe. Président de l’Association)

Béatrice ou une histoire d’ailes .

Après Ferenczi, N. Abraham et M. Torok se sont attachés à montrer que dans nombre de cas, la fonction de l’analyste serait justement de promouvoir la manifestation de la réalité traumatique qui souvent, parce qu’elle est dévastatrice, s’entoure de silence.

12

Claude Nachin, Frédéric Tordo, Elisabeth Darchis et Edith Schwalberg

Pierre Berthout

Pierre Berthout

Eléments bibliographiques

J.-P. Lehmann

2012, Marion Milner et Margaret Little« , Erès.

2003, La Clinique analytique de Winnicott. Erès.

C. Nachin :

-1993, Les fantômes de l’âme, L’Harmattan.

-1998, Le deuil d’amour, Paris, L’Harmattan.

-2010, Freud, sa vie, son génie, ses limites, Paris, Bréal.

E. Darchis :

-2005, Pérégrination du fantôme en périnatalité, Le Divan familial n° 15, In Press.

-2003, avec Decherf, Knera, Souffrances dans la famille – Les TFP d’aujourd’hui, In Press.

P. Berthout :

-2006, Cryptonyme et mots du traumatisme, In Psychanalyse, histoire, rêve et poésie, L’harmattan.

Little M. (1991) Des Etats-Limites. Ed. des Femmes.

Milner M. (1974) Les mains du Dieu vivant. Gallimard.

Milner M. (2008) Folie refoulée des gens normaux, Erès.

Abraham N., Torok M. (1998) Le verbier de l’homme aux loups.

Abraham N., Torok M. (1999) L’écorce et le noyau, Flammarion.

Déroulement de la journée

Matinée de 9H15 à 12H15

9h00 – 9h15 : Accueil des participants

Coordination : Jean Claude Rouchy

9h15 – 9h30 : Introduction

9h30 – 10h30 : Jean Pierre Lehmann

Comment Marion Milner et Margaret Little ont mené des cures analytiques avec des psychotiques

10h30 – 10h45 : Pause

10h45 – 12h15 : Discussion avec les participants

Après midi de 14H à 16H30

Coordination: Edith Schwalberg, Frédéric Tordo

14h00 – 14h45: Claude Nachin

Notes sur mon parcours dans le champ de la folie

14h45 – 15h30 : Elisabeth Darchis

Pérégrination des fantômes et psychoses puerpérales

15h 30- 16h15 : Pierre Berthout

Béatrice ou une histoire d’ailes

16h15 – 16h30 : Conclusion de la journée

16H 30 : Pour les membres

Assemblée Générale de l’Association

Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok

C.Nachin, F.Tordo, E.Darchis, E.Schwalleberg


Journée scientifique du samedi 6 octobre 2012

Winnicott / Adolescence

Centre Culturel Irlandais, 5 rue des Irlandais, 75005 PARIS

Laura DETHIVILLE : Winnicott : un psychanalyste pour notre temps ?

Les difficultés de traduction d’une langue aussi particulière que celle de Winnicott ont été à l’origine d’un certain nombre de « mécompréhensions » à propos de son œuvre. La reprise de certains de ses concepts permet un nouvel éclairage sur une pensée plus que jamais actuelle. (voir Résumé de la conférence)

13

Laura Dethiville et Claude Nachin

Olivier DOUVILLE Trouvailles et impasses de la ritualité adolescente

Qu’est-ce qui, à l’adolescence, aujourd’hui insisterait comme une exigence de la ritualisation? Telle est bien la question à la fois clinique et anthropologique que nous pouvons nous poser du moment où nous avons pris la peine : -d’une part, de distinguer ritualisation et répétition. La ritualisation si elle suppose une répétition n’en est pas pour autant superposable à ce qu’aurait d’automatique la compulsion de répétition ; – d’autre part, d’affirmer que le rite engage le corps d’une double façon : soit les modes par lesquels le corps physique et psychique est présenté au monde et se présente au monde.

Beaucoup de traits cliniques : retrait psychique, apathie, errance indiquent que de nombreux adolescents se situent dans un travail de négativité qui vise à vider de leur sens les identifications à l’enfant qui étaient les leurs et dans lesquels, trop souvent, ils se sentent confinés par la sottise ambiante. Il est alors possible de considérer un parallèle entre ces retraits et les phases de mise à l’écart propres au premier temps (sortie et coupure avec le familier) des rituels de passage. (Résumé de la conférence)

14

Olivier Douville avec Edith Schwalberg et Frédéric Tordo

Déroulement de la journée

9h-9h15 : Accueil des participants

Coordination : Claude NACHIN

9h15 – 9h30 : Introduction

9h30 – 10h30 : Laura DETHIVILLE

Winnicott : un psychanalyste pour notre temps ?

10h30-11h : Pause

11h00-12h : Discussion avec les participants

14h : Introduction

Coordination : Frédéric TORDO

14h – 15h : Olivier DOUVILLE

Trouvailles et impasses de la ritualité adolescente

15h- 15h30 : Pause

15h30-17h : Echanges et discussion avec les participants.

Discutants : Edith SCHWALBERG et Frédéric TORDO

17h : Conclusion de la journée

Eléments bibliographiques

Dethiville, L. 2008. Donald W. Winnicott une nouvelle approche, Paris, Campagne Première.

Dethiville, L. ; Collectif. 2005. De l’âge de raison à l’adolescence : quelles turbulences à découvrir?, coll. Enfance & Parentalité, Toulouse, Erés.

Douville, O. ; & Collectif. 2012. Clinique psychanalytique de l’exclusion, Paris, Dunod.

Douville, O. 2009. Chronologie de la psychanalyse du temps de Freud (1856-1939), Paris, Dunod.

Douville, O. 2008. De l’adolescente errante. Variations sur les non-lieux de nos modernités, Nantes, Editions Plein Feux, distribution PUF. Ce livre a reçu le Prix Œdipe 2008.

Participants : 60 €, Membres de l’Association : 40 €, Etudiants : 30 €


Journée scientifique du samedi 24 mars 2012

Adolescents en grandes difficultés : clinique du fantôme ?

Paris, salle LE CRISTO, 20 rue Legendre, 75017 Paris

Suite à une action-recherche sur l’accompagnement d’adolescents en grande difficulté, dont les principaux facteurs paraissaient être de graves lacunes éducatives et des traumatismes dans la période de gestation, dans la petite enfance et à la latence, nous avons découvert avec étonnement, dans plusieurs cas l’héritage d’une honte intergénérationnelle ayant pu provoquer l’inclusion d’une crypte ou d’un fantôme : l’adolescent deviendrait acteur à son insu d’un mort enterré en lui, porteur de secrets inavouables de viol, de meurtres, d’inceste en référence aux travaux de Nicolas Abraham et Maria Torok.

Les passages à l’acte, souvent violents, pouvant à la fois masquer cette histoire et la révéler. Ces hypothèses ouvrent de nouvelles voies sur la clinique du fantôme à l’adolescence, qui reste un domaine encore peu exploré à l’heure actuelle.

Jean-Claude ROUCHY : Héritage d’une honte intergénérationnelle.

8

Jean-Claude Rouchy

Jean-Guy HEMONO : Symptômes révélateurs de secrets honteux

Programme

9h-9h15 : Accueil participants

9h15-9h30 : Introduction Claude NACHIN, coordinateur

9h30-10h15 : Jean-Claude ROUCHY : Héritage d’une honte intergénérationnelle.

10h15-10h45 : échanges avec les participants

10h45-11h15 : Pause

11H15-12h : Catherine MATHA : Scarifications à l’adolescence : traces pour d‘écrypter le passé?

12h-12h30 Echange avec les participants

14h30-14h45 Introduction Monique SOULA DESROCHE, coordinatrice

14h45-16h : Jean-Guy HEMONO : Symptômes révélateurs de secrets honteux

16h-16h45 Echanges et discussion.

17h Assemblée Générale de l’Association.

Eléments bibliographiques

Jean-Claude Rouchy, 1995 « Secret intergénérationnel : transfusion, gardien, résurgence » in S.Tisseron (ss la dir.de) Le psychisme à l’épreuve des générations. Clinique du fantôme. Paris. Dunod

2011. « Héritage d’une honte intergénérationnelle ». Connexions 96, Toulouse. ERES.

Catherine MATHA(2010), « De l’inscription à la représentation. Les scarifications à l’adolescence comme recherche de symbolisation ? » in La psychiatrie de l’enfant, vol. 53, T 1, pp.255-283.
MATHA C., DARGENT F. (2011), Blessures de l’adolescence, Petite Bibliothéque de Psychanalyse, PUF.

Participants : 60, Membres de l’Association : 40 , Etudiants : 30


Journée scientifique du samedi 8 octobre 2011
,

Expérience de souffrance ; expérience des fantômes.

Le Cristo, 20 rue Legendre, 75017, Paris

Monique Schneider : « Partir de L’Esquisse »

Partir de L’Esquisse pour poser les conditions qui permettront à une souffrance survenant comme l’équivalent d’une « panne » de se métamorphoser, grâce à l’intervention du Nebenmensch, en « expérience de souffrance. »

Radmila Zygouris : « La symbiose, voie royale des fantômes ».

Radmila Zygouris a été à l’Ecole Freudienne de Paris de 1967 jusqu’à sa dissolution en 1980 où elle n’a pas suivi Lacan. Elle a été un des membres fondateurs, en 1983, de la Fédération des Ateliers de Psychanalyse dont elle est toujours membre. Après une première psychanalyse avec Serge Leclaire, elle a été en psychanalyse avec Maria Torok, au cours de laquelle elle a fait la « passe » et a été nommée AE de l’Ecole Freudienne. Elle fait référence particulièrement à Ferenczi, Balint et Winnicott. Elle écrit en français mais a publié ses cinq livres au Brésil, en portugais, et deux en Argentine, en espagnol.

Pierre Berthout : « Un patient désolé ». A propos des héritages psychiques, entre les meurtres de masse et les dictatures. Où l’on rencontre, à partir de Ferenczi, la progression traumatique, les chocs successifs entrainant la multiplication des fragments clivés de sorte qu’il nous devient difficile, sans tomber dans la confusion, de maintenir le contact avec les fragments.

Eléments bibliographiques

Nachin, C. (dir) 2006. Psychanalyse, histoire, rêve et poésie, Paris, L’Harmattan.

Nachin, C. 2010. Sigmund Freud, sa vie, son génie, ses limites, Paris, Bréal.

Rouchy, J.C. 1995. « Secret intergénérationnel : transfusion, gardien, résurgence » in La psychanalyse à l’épreuve des générations, Paris, Dunod.

Rouchy, J.C. (dir) 2001. La psychanalyse avec Nicolas Abraham et Maria Torok, Toulouse, Erès.

Rouchy, J.C. 2008. Le groupe, espace analytique, Toulouse, Erès.

Schneider, M. 2006. Le paradigme féminin, Paris, Flammarion (réédition Champs).

Schneider, M. 2008. La cause amoureuse. Freud, Spinoza, Racine, Paris, Seuil.

Schneider, M. 2011. La détresse aux sources de l’éthique, Paris, Seuil.

Sylwan, B. ; Réfabert, Ph. 2010. Freud, Fliess, Ferenczi. Des fantômes qui hantent la psychanalyse, coll. Nicolas Abraham et Maria Torok, Paris, Hermann.

Zygouris, R. Livres et séminaires disponibles en français et téléchargeables gratuitement surwww.radmila.zygouris.com

Samedi 8 octobre 2011

9h-9h15 : Accueil des participants

Coordination : Claude NACHIN

9h15 – 9h30 : Introduction

9h30 – 10h30 : Monique SCHNEIDER

De la « souffrance » à l’ »expérience de souffrance » .

10h30—11h00 : Pause

11h00—12h00 : Discussion avec les participants

Coordination : Silvia FEITEL

14h – 14h45 : Radmila ZYGOURIS

La symbiose, voie royale des fantômes

14h45 – 15h30 : Discussion avec les participants

15h30 – 16h00 : Pause

16h – 16h30 : Pierre BERTHOUT

Un patient désolé

16h30 – 17h00 : Discussion avec les participants

17h : Clôture de la journée

Participants : 60 €, Membres de l’Association : 40 €, Etudiants : 30 €


Journée scientifique du samedi 12 mars 2011

Clinique de la relation éducative. Clinique du fantôme.

Le Cristo, 20 rue Legendre , 75017 Paris

Avec Caroline Le Roy :

Cette recherche porte sur la dimension inconsciente de la relation éducative dans le champ de la « formation-insertion ». Elle distingue « l’événement psychique » et « l’événement social » dans certains faits de parole et agirs (entretiens et observations cliniques)d’où se dégagent des phénomène psychiques liés la différenciation Moi/non Moi. Chemin faisant, la conceptualité psychanalytique de Nicolas Abraham et de Maria

Torok – concernant l’introjection et l’incorporation, la crypte et le fantôme – est apparue particulièrement heuristique pour aborder les affects indésirables circulant et s’actualisant dans ces espaces, notamment à travers les pratiques en réseau, l’entrée en formation, ou encore le rapport au cadre pédagogique.

Avec Monique Soula Desroche et Jean Claude Rouchy :

Que se passe-t-il lorsque l’analyste rencontre un fantôme ou une crypte chez un patient ?

Comment en ressent-il la trace ou la présence ? Quels en sont les indices, tant du côté de l’analyste que du patient.et que commence alors « une analyse d’un autre style ». Présentations cliniques.

Programme

9h-9h15 : Accueil des participants

Coordination : Claude NACHIN

9h15 – 9h30 : Introduction

9h30 – 10h30 : Caroline LE ROY, Maître de conférences en Sciences de l’éducation, Université Paris 8.Les avatars de la symbolisation et de l’introjection dans le champ de la formation-insertion. Vers une clinique de la relation éducative

10h30 – 11h00 : Pause

11h00 – 12h00 : Discussion avec les participants

Coordination : Pierre BERTHOUT

14h – 15h : Monique SOULA DESROCHE & Jean Claude ROUCHY

Clinique du fantôme : quand l’analyste pressent la présence d’un fantôme ou d’une crypte, en psychanalyse et en psychanalyse de groupe

15h00 – 15h30 : Pause

15h30 – 16h30 : Discussion avec les participants

16H40 : Assemblée Générale 2010 de l’Association

Eléments bibliographiques

Le Roy, C. 2008. La résurgence de phénomènes psychiques archaïques dans le champ de la « formation-insertion », Thèse Nanterre, Prix universitaire Abraham Torok, 2010.

Nachin, C. (dir) 2006. Psychanalyse, histoire, rêve et poésie, Paris, L’Harmattan.

Nachin, C. 2010. Sigmund Freud, sa vie, son génie, ses limites, Paris, Bréal.

Rouchy, J.C. 1995.

« Secret intergénérationnel : transfusion, gardien, résurgence » in La psychanalyse à l’épreuve des générations, Paris, Dunod.

Rouchy, J.C. (dir) 2001. La psychanalyse avec Nicolas Abraham et Maria Torok, Toulouse, Erès.

Rouchy, J.C. 2008. Le groupe, espace analytique, Toulouse, Erès.

Soula Desroche, M. 2006. « Secrets de famille. Chaîne associative et agirs dans le groupe », in Revue de Psychothérapie Psychanalytique de groupe, n°47, Toulouse, Erès.

Sylwan, B. ; Réfabert, Ph. 2010. Freud, Fliess, Ferenczi. Des fantômes qui hantent la psychanalyse, coll. Nicolas Abraham et Maria Torok, Paris, L’Harmattan.


Journée scientifique du s
amedi 2 octobre 2010

Le Cristo, 20 rue Legendre, 75017 PARIS

S. Tisseron : Pour entrer dans les mondes virtuels, s’y mouvoir et y interagir, et y mettre en scène ses fantasmes, l’internaute doit se créer un « avatar ». Il établit alors entre le propriétaire et sa créature une symbiose : aucun des deux ne peut rien faire sans l’autre. Selon les cas, l’avatar représente alors un fragment de soi, c’est-à-dire de ce qu’on a été ou ce qu’on rêve d’être, un disparu très cher, ou encore un inconnu dont on a entendu parler et qu’on a imaginé (un « fantôme»). Dans la plupart des cas, la relation nouée avec lui est celle d’une mère empathique avec son bébé.

F. Tordo : L’avatar dans le jeu vidéo apparait au joueur comme un véhicule d’action résonant qui engage sa corporéité. S’adjoint, dans les mondes persistants, un trafic intersubjectif entre les personnage-joueurs, où l’autre virtuel est déjà existant. Ne faut-il pas sortir du discours consistant à faire d’un espace culturel un objet, d’emblée, potentiellement addictif, au risque de denier au joueur la virtualité d’une rencontre intersubjective.

P. Berthout : Nous essayerons d’entrecroiser une histoire personnelle et familiale difficile avec la question de la part énigmatique de la création artistique — ces 2% dont Picasso disait, dans une conversation avec la jeune Yvette Thomas : « L’art, c’est quatre-vingt-dix-huit pour cent de labeur, un pour cent d’on ne sait quoi, et un pour cent d’incompréhensible pour tout le monde. Deux-cents pour cent de bonheur accordés aux travailleurs ». (Yvette Szczupak-Thomas, Un Diamant brut — Métailié 2008).

C. Paquis : « Comment une grande souffrance physique précoce a imprimé et modelé le rapport au monde d’une femme d’une quarantaine d’années. Cette détresse se rejoue dans le transfert sous forme de contrainte psychique où elle impose son rapport au réel à sa psychanalyste et lui demande de montrer allégeance (croire tout ce qu’elle dit). Comment ramener cette femme vers la découverte d’elle-même et l’aider à sortir de sa violence interprétative ? 20131005_142100

Eléments bibliographiques

Gérard Garouste

L’Anesse et la figue , Galerie Daniel Templon, 2006

La Bourgogne, la famille et l’eau tiède , Galerie Daniel Templon, 2008

– avec Hortense Lyon : Le Grand apiculteur, Bayard, 2002

– avec Judith Perrignon : L’Intranquille, autoportrait d’un fils, d’un peintre, d’un fou, L’Iconoclaste, 2009

François Rachline : Gérard Garouste, Fragments Editions, 2004

Collectif : Gérard Garouste, Skira-Flammarion, 2009

Christine Paquis Le fantasme, entre désir et réalité, Eyrolles, 2010

Serge Tisseron (derniers ouvrages parus)

L’intimité surexposée , Ramsay, 2001 (prix du Livre de télévision, rééd. Hachette Littérature, 2002)

Les bienfaits des images , Odile Jacob, 2002 (prix Stassart de l’Académie des sciences morales et politiques)

Comment Hitchcock m’a guéri, Albin Michel, 2003

Petit manuel à l’usage des parents dont les enfants regardent trop la télévision , Bayard, 2004

Vérités et mensonges de nos émotions , Albin Michel, 2005

La résilience , PUF, Que sais-je, 2007

Virtuel, mon amour ; penser, aimer, souffrir à l’ère des nouvelles technologies , Paris, Albin Michel, 2008

Qui a peur des jeux vidéo ?, Paris, Albin Michel, 2008 (en collaboration avec Isabelle Gravillon)

« Mets-toi à ma place », L’empathie au cœur du lien social , Paris, Albin Michel, 2010

Frédéric Tordo

Désir d’intersubjectivité dans les jeux vidéo : entre auto empathie

virtuelle et relations interpersonnelles réelles , Psychotropes, sous presse.

– avec M. Hajji : « Avatars et Moi ! La fonction psychologique de la multiplicité des avatars dans les jeux vidéo », Adolescence, Tome 27, 3, p. 657-665, 2009.

Collection Nicolas Abraham et Maria Torok – Editions Hermann

B. Sylwan, Ph. Réfabert : Freud, Fliess, Ferenczi. Des fantômes qui hantent la psychanalyse, 2010.

Déroulement de la journée

Matin : Ouverture : remise du Prix Abraham Torok pour un travail universitaire

9h-9h15 : Accueil des participants

Coordination : Claude NACHIN

9h15 – 9h30 : Introduction

9h30 – 10h15 : Serge TISSERON

Mondes virtuels : les revenants et les fantômes

10h15—11h00 : Discussion avec les participants

11h00—11h20 : Pause

11h20 – 11h45 : Frédéric TORDO

Désir d’intersubjectivité dans les mondes persistants

: un autre regard sur les joueurs de jeu vidéo

11h45 -12h10 : Discussion

Après midi : Coordination : Jean Claude ROUCHY

14h00 -14h15 : Introduction

14h15 – 15h : Pierre BERTHOUT

Le peintre Gérard Garouste

ou le passage à la création

15h00 – 15h45 : Discussion avec les participants

15h45 – 16h00 : Pause

16h – 16h25 : Christine PAQUIS

15h45 – 16h15 : Serge TISSERON

La femme à la coque ou le transfert enfermé

16h25 -16h50 : Discussion avec les participants

16h50-17h00 : Conclusion de la journée

Participants : 60 €, Membres de l’Association : 40 €, Etudiants : 30 €


Journée Clinique du samedi 13 mars 2010

Le Cristo (anciennement Polonia) 20 rue Legendre, 75017 PARIS

Avec Marie Balmary

« Dans notre champ, le fait ne précède pas le savoir. Il faut croire l’autre pour que le fait puisse apparaître. Freud inventé une méthode pour écouter ce que dit l’esprit humain, mais sa conception de l’homme l’empêche bien souvent de l’entendre. Il n’a pu croire dans leur amplitude ni le bien ni le mal. Trauma, bible énigmatique de son père, trouble sur l’Acropole.

Avec Marie-Suzanne Kalogeropoulos

Elle introduira sa réflexion sur la problématique du Fantôme partir de sa clinique.

Programme

9h-9h15 : Accueil des participants

Coordination : Pierre BERTHOUT

9h15 – 9h30 : Introduction

9h30 – 10h30 : Marie BALMARY

Vers une écoute plus large de l’esprit humain

10h30—11h00 : Pause

11h00—12h00 : Discussion avec une intervention de Jean

Claude Rouchy comme discutant

Coordination : Silvia FEITEL

14h00 -14h15 : Introduction

14h15 – 15h15 : Marie-Suzanne KALOGEROPOULOS

Unité Duelle et Psychanalyse Mutuelle : la problématique du Fantôme, à partir du « terrorisme de la souffrance ».

15h15 – 15h45 : Pause

15h45 – 16h45 : Discussion avec une intervention de

Claude Nachin comme discutant

16h45 : Assemblée Générale 2009 de l’Association

Eléments bibliographiques

Marie Balmary , L’homme aux statues – Freud la faute cachée du père, Paris, Grasset, 1979.

Le sacrifice interdit : Freud et la Bible, Paris, Le Livre de Poche, coll. Biblio Essais, .1986

La divine origine : Dieu n’a pas créé l’homme, Le Livre de Poche, coll. Biblio Essais, 1993.

Abel ou la traversée de l’Eden, Paris, Grasset, 1999.

Je serai qui je serai : exode 3.14, in E. Blattschen L’intégrale des entretiens noms de dieux, Alice Editions, 2001.

Le moine et la psychanalyste, Le Livre de Poche, Essais, 2005


Journée d’étude méditerranéenne du samedi 16 mai 2009

Renouveau de la psychanalyse avec Nicolas Abraham et Maria Torok

Salle du Novotel, Centre Acropolis, 8 Esplanade Parvis de l’Europe, 06300 NICE

Nicolas Abraham (1919-1975) et Maria Torok (1925-1998), psychanalystes français d’origine hongroise, ont été les parmi les plus grands découvreurs de la seconde moitié du XX° siècle dans le champ de la psychanalyse. Ils ont renouvelé la métapsychologie avec une théorie de la symbolisation et de l’introjection, des clivages du Moi et des Fantômes transgénérationnels. Ils ont enrichi la clinique et transformé la cure psychanalytique de la névrose féminine, des deuils pathologiques, des secrets de famille et des influences transgénérationnelles. Malgré la résistance des institutions psychanalytiques, leur œuvre a suscité l’intérêt d’analystes de toutes les écoles et a désormais un retentissement international. L’Association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok est une association scientifique qui contribue à la diffusion et au développement de leur œuvre.

Déroulement de la journée

Matin

8h45-9h00 : Accueil des participants à la journée

Présidence de séance : Pr. Patrick Amoyel

9h00-9h15 : Introduction

9h15-10h15 Claude Nachin : Trauma et Symbole : mon cheminement en psychanalyse

10h15-10h45 Pause

10h45-11h45 : Echanges avec les participants

11h 45-12h15 : Marie-France Prudhomme-Mélique : De l’inconsolé à l’inconsolable

12h15- 12h45 : Echanges avec les participants

Après-midi

Présidence de séance : Pr Guy Darcourt

14h30-14h45 : Introduction

14h45-15h30 : Saverio Tomasella : Le trauma et ses répercussions psychosomatiques

15h30- 16h15 : Echanges avec les participants

16h15-16h45 : Pause

16h45-17h15 : Pierre Berthout : Entre Hannibal lecteur et Sean Connery : le travail des Fantômes

17H15-17H45: Echanges avec les participants

17h45-18h00 : Conclusions de la journée

Bibliographie

Abraham N. et Torok M. (1976). Le verbier de l’Homme aux Loups, Paris, Flammarion.

Abraham N. et Torok M. (1978). L’écorce et le noyau, Paris, Flammarion.

Berthout P. (2006). Cryptonyme et mots du traumatisme, in Psychanalyse, histoire, rêve et poésie,Paris, L’harmattan, 37-43.

Nachin C. (1989). Le deuil d’amour, Paris, Editions universitaires, 2°, L’Harmattan, 1998.

Nachin C. (1993). Les fantômes de l’âme, Paris, L’Harmattan.

Nachin C. (1999). A l’aide, y a un secret dans le placard, Paris, Fleurus.

Nachin C. (2004). La méthode psychanalytique, Paris, Armand Colin.

Prudhomme-Mélique M.F. (2006). Des parents vivants-morts à la fille morte-vivante : le cas Aurore, inPsychanalyse, histoire, rêve et poésie, Paris, L’Harmattan, 53-62.

Rand N. et Torok M. (1995). Questions à Freud, Paris, Les Belles-Lettres.

Rand N. (2002). Quelle psychanalyse pour demain, Toulouse, Erès.

Rouchy J C. (Dir.). (2001). La psychanalyse avec Nicolas Abraham et Maria Torok, Toulouse, Erès.

Tisseron S. (dir.) (1995). Le psychisme à l’épreuve des générations, Paris, Dunod.

Tomasella S. et Pho G. (2006). Vivre en relation, Paris, Eyrolles.

Tomasella S. (2008). Oser s’aimer, Paris, Eyrolles.

Torok M. (2002). Une vie avec la psychanalyse, Paris, Aubier.


Journée scientifique du samedi 14 mars 2009

Psychanalyse et littérature

Nicolas Abraham, d’abord philosophe, spécialiste de l’esthétique (auteur de travaux sur la phénoménologie de l’expression poétique et sur le rythme), poète traducteur de poèmes (en particulier le Jonas de Mihaly Babits) a associé dans son œuvre la psychanalyse et la littérature, non sous forme de « la psychanalyse appliquée » mais en montrant ce que les œuvres littéraires et la psychanalyse pouvaient s’apporter réciproquement.

Exécuteur testamentaire de l’œuvre de Nicolas Abraham et Maria Torok, lui-même spécialiste de la littérature, Nicholas T. Rand ouvrira le débat sur « l’interface de la psychanalyse et de la littérature ».

Puis Maurice Corcos nous parlera de Proust, Anne Bourgain de Crevel et Serge Tisseron de l’œuvre d’Annie Ernaux.

Déroulement

Matin

9h-9h15 : Accueil des participants

Coordination : Pierre BERTHOUT

9h15 – 9h30 : Introduction

9h30 – 10h00 : Nicholas T. RAND

L’interface de la psychanalyse et de la littérature.

10h -10h30 : Echanges avec les participants

10h30-11h00 : Pause

11h00 – 11h30 : Maurice CORCOS

Proust, le temps ne fait rien à l’affaire.

11h30 -12h00 : Echanges avec les participants

Après midi

Coordination: Claude NACHIN

14h00 -14h15 : Introduction

14h15 – 14h45 : Anne BOURGAIN

Le corps et la langue chez René Crevel.

14h45-15h15 : Echanges avec les participants

15h15 – 15h45 : Pause

15h45 – 16h15 : Serge TISSERON

Quand une honte en cache une autre : l’œuvre d’Annie Ernaux.

16h15-16h45 : Echanges avec les participants

16h45 – 17h00 : Conclusion de la journée

Eléments bibliographiques

Anne Bourgain, Mallarmé ou la création au bord du gouffre, Paris, L’Harmattan, 1996.

Maurice Corcos, Penser la mélancolie, une lecture de Georges Perec, Paris, Albin Michel, 2005, Prix Nicolas Abraham et Maria Torok 2006.

Nicholas T. Rand, Le cryptage ou la vie des œuvres, Paris, Aubier, 1989.

Serge Tisseron, La honte, Paris, Dunod, 1992.

Serge Tisseron, Du bon usage de la honte, Paris, Ramsay, 1998.

cropped-favicon.png